WGTU #23: Empathy via gameplay – with Batman: Arkham (EN/FR)

Let’s see how this amazing series of action-adventure games plunges us in Batman’s world and Batman’s boots!

This article is also available on Medium.

This article is available either in video format or in text format — see below 🙂

To begin with, this episode and the upcoming ones will be a deep dive into the topic I introduced last time – so a big thanks to DocMarcus0 for comforting me in the idea that empathy and video games deserved a bit more discussion, and don’t forget that you too can share your ideas for games or topics in the Youtube comments, with a message Twitter or via email (at mina.pecheux@gmail.com) 🙂

It’s really cool we can build this series together, so don’t hesitate to tell me what you think!

And with that said – let’s dive in… and see how, sometimes, games find just the right gameplay to convey empathy with the characters and immerse us in their world.

Interactivity above all else?

As I’ve mentioned a few times in the WGTU series, one of the particularities of the video game medium is that, contrary to films or books, it requires you to play an active role – you need to interact with the artwork in order to discover more of it and somewhat shape it to your will.

For lots of players, this means that you need to feel like you are part of the game’s world. Some games are just about letting some steam out, but in others, to truly experience it, you should picture yourself alongside the characters, in the scenery, and think as if you were a protagonist in the game.

Some games, like Ghost of Tsushima, are best experienced when you feel like you are actually part of the world (Image from: https://www.youtube.com/watch?v=kSAvzeopPC8)

In other words, video games often make their best to gain your engagement and empathy – which this in turn means those video games have to find the right gameplay to convey its story and ideas smoothly, and seamlessly. They should be as “natural” to interact with as possible, in order to not separate you from the fiction.

Technology & immersion

Some types of games like first-person shooters naturally plunge you in the action, since you’re supposed to be where the camera is. But what’s pretty funny is that, in a way, a few technologies aimed specifically at bridging this gap: if you think about the Wii or, more recently, the VR headsets, it’s clear that those devices were all meant to “make it more real”, to really sink you into the action. And it does work for some games or apps (especially the sport or rhythm games)… but not for all.

VR games are a continuation of the Wii games before: they aim specifically at “sinking” you into the action! (Image from: https://www.youtube.com/watch?v=BUXPOqt4O2E)

In particular, I’m always slightly weirded out by the Star Wars games on these platforms – more often than not, you’re playing an over-powered Sith or Jedi that can crush half a planet with its bare hands… and you do this by pressing a single button. I mean, I get you can’t start swinging on the walls in your living room, but still – this makes for a strange anticlimax, and (in my experience) you end up both overwhelmed and frustrated with this over-the-top action.

Note: this is just my experience. And VR/Wii games are often experienced differently from one person to another, since they imply unnatural movements and a mix of realities. So, yes: those games are really cool and it’s great they exist. I’m just sharing my opinion here 🙂

Finding the sweet spot is hard, and I don’t mean to denigrate these games: they’re lots of fun and sometimes it’s just enjoyable to exert all of Vador’s wrath for a while! However, I believe that when you manage to properly balance player interaction and in-game consequences, and when you keep the players engaged by cleverly (and constantly!) dragging them in, then you can get real empathy towards your world and your characters.

And one of the game franchise I’ve found to do this brilliantly, is the Batman: Arkham series.

The example of Batman: Arkham

The Batman: Arkham series is, as of today, a total of four games (and the fifth one, by the same creators but about the Suicide Squad, is meant for a release in 2023). They were developed by Rocksteady Studios and are considered by many like the real birth of The Dark Knight on our computer screens – because, up to this point, Batman video games had been… of varying quality.

Since 2009, the Batman: Arkham series had brought the Dark Knight to our computer screens and portrayed the multi-faceted hero brilliantly… (Image from: https://www.igdb.com/games/batman-arkham-knight/presskit)

The series started in 2009 with Arkham Asylum and it was instantly loved both by players and critics thanks to its great renewal of mechanics, its flawless depiction of the hero and the universe of the comics and an amazing story.

The game is technically impressive with its convincing graphics, its incredible voice-acting, its interactive environments or its iconic combat system. And it’s a real pleasure to go from one wing of the asylum to another and discover yet another great rendition of a villain…

But the truth is: in my opinion, the real brilliant feat of the game is that it masterfully mixed all of this in a seamless and dynamic gameplay that continuously pulls you to this mad world… and continuously has you walk it in The Bat’s boots. Basically, by managing to deliver on so many levels, the game actually has you feel like you are Batman. You empathise with or strongly reject the people the hero encounters, you relate to Gordon but jump when the Scarecrow is around: in a word, you identify with Batman himself and, overall, you just live it as if you were there.

In the whole series, fights are quick and violent, like in the comics; stealth and infiltration phases are well-thought and all about strategy, which really makes you feel like “you are the night”; the progression through the story requires you to use your gadgets and to solve enigmas, as if you were yourself The World’s Greatest Detective.

The Arkham games also evolved over the years and kept on boosting the gameplay: while Arkham City transposed the series from straight corridors to an open world, Arkham Origins introduced a multiplayer component and Arkham Knight re-injected the Batmobile as an actual phase of gameplay to further deepen the power of our hero.

All of these are pretty different mechanics, and yet they’re perfectly fused together to make a unique gameplay, and most importantly, a unique game…

Conclusion

That’s why, to me, the Batman: Arkham series, in addition to being just a blast to play and re-play, is also a great example of how gameplay can have you empathise with a character.

And please, tell me in the comments: since the guy already dresses like a bat in the night, shouldn’t we agree the Joker is right and Batman’s just one bad day away from full craziness?

Next time, we’ll keep discussing empathy and video games and see how we can use storytelling and narration to create emotional attachment towards characters… can you guess which game I’ll talk about? 🙂

In the meantime, I really hope you enjoyed this article – don’t forget to like and share it if you did! And of course, if you have any other idea of games that taught us something without us noticing, go ahead and tell us in the comments.

As always, thanks a lot for reading, and see you soon for the rest of this series!

Cet article est disponible sous format vidéo ou texte – voir ci-dessous 🙂

Avant toute chose, cet épisode et les prochains vont développer le sujet que j’ai évoqué la dernière fois – un grand merci à DocMarcus0 de m’avoir convaincue que l’empathie et les jeux vidéos méritaient une étude un peu plus approfondie, et n’oubliez pas que vous aussi vous pouvez partager vos idées en laissant un commentaire sur YouTube, en me contactant sur Twitter ou en m’envoyant un mail (à mina.pecheux@gmail.com) 🙂

C’est toujours un plaisir de construire cette série avec vous, alors n’hésitez pas !

Et ceci étant dit, aujourd’hui, voyons un peu comment certains jeux vidéos arrivent à trouver le gameplay parfait pour créer de l’empathie avec leurs personnages et nous plonger dans leur univers.

L’interactivité avant tout ?

J’en ai déjà parlé quelques fois dans la série WGTU : l’une des particularités du médium jeu vidéo, c’est que contrairement aux films ou aux livres, il nous demande de jouer un rôle actif – on doit interagir avec l’oeuvre pour en découvrir plus et l’adapter à notre volonté.

Souvent, ça veut dire qu’il faut qu’on se sente faire partie du monde que nous présente le jeu. Même si dans certains cas, on joue juste pour se défouler, parfois pour profiter pleinement de l’expérience il faut d’imaginer à côté des personnages, dans les décors, comme si nous étions nous-mêmes des protagonistes.

Certains jeux, comme Ghost of Tsushima, sont encore meilleurs quand on a l’impression de faire partie du monde à l’écran (Image issue de : https://www.youtube.com/watch?v=kSAvzeopPC8)

Autrement dit, les jeux font souvent de leur mieux pour gagner notre engagement et notre sympathie – ce qui signifie aussi que ces jeux doivent trouver la bonne façon de nous partager leur histoire et leurs idées en douceur, et de manière harmonieuse. L’interaction avec eux doit être la plus “naturelle” possible pour ne pas nous séparer de la fiction.

Technologie & immersion

Quelques types de jeux comme ceux de tir à la première personne nous plongent évidemment dans l’action, puisqu’on part du principe qu’on se trouve à l’endroit de la caméra. Mais ce qui est intéressant, c’est que, d’une certaine manière, il y a des technologies qui se concentrent spécifiquement sur ce fossé : quand on pense à la Wii ou, plus récemment, les sets de VR, on voit clairement que ces appareils sont destinés à rendre le jeu “plus réel” pour vraiment nous noyer dans l’action. And ça fonctionne dans certains cas (notamment les jeux de sport ou de rythme)… mais pas tous.

Les jeux VR sont la suite des jeux Wii : leur but est tout particulièrement de nous “plonger” dans l’action ! (Image issue de : https://www.youtube.com/watch?v=BUXPOqt4O2E)

En particulier, j’ai toujours trouvé les jeux Star Wars un peu décalés sur ces plateformes. Souvent, on joue un Sith ou un Jedi surpuissant qui peut écraser une demi-planète à mains nues… en appuyant juste sur un bouton. C’est évident qu’on ne va pas vraiment envoyer valdinguer notre salon, mais quand même – on se trouve dans un anticlimax étrange qui, pour moi, peut causer à la fois une surcharge et une frustration face à cette action délirante.

Trouver le bon entre-deux est difficile, et je ne veux pas dénigrer ces jeux : ils sont très funs et, de temps en temps, on veut juste s’amuser à déchaîner la colère de Vador. Reste qu’il faut trouver le bon équilibre entre les interactions avec le joueur et les conséquences en jeu – pour garder les joueurs engagés, le jeu doit intelligemment (et constamment) les attirer pour créer un vrai lien avec le monde et ses personnages.

Et je trouve que l’une des franchises de jeux qui fait cela brillamment, c’est la série des Batman: Arkham.

L’exemple de Batman: Arkham

La série des Batman: Arkham est, à l’heure actuelle, un ensemble de quatre jeux (et le cinquième, par les mêmes créateurs mais centré sur la Suicide Squad, devrait sortir en 2023). Ils ont été développés par les Rocksteady Studios et sont considérés par beaucoup comme la vraie naissance du Chevalier Noir sur nos écrans d’ordis – parce que, jusque là, les jeux Batman avaient été… de qualité variable.

Depuis 2009, la série des Batman: Arkham a amené le Chevalier Noir sur nos écrans d’ordis et a brillamment représenté ce héros aux multiples facettes… (Image issue de : https://www.igdb.com/games/batman-arkham-knight/presskit)

La série a commencé en 2009 avec Arkham Asylum et a instantanément été adorée par les joueurs et les critiques grâce à un renouveau dans les mécaniques, une représentation parfaite du héros et de l’univers des comics, et une histoire exceptionnelle.

Le jeu est impressionnant techniquement : il a de bon graphismes, un doublage incroyable, des environnements interactifs et un système de combat iconique. Et c’est un vrai plaisir de se balader d’une aile de l’asile à l’autre et découvrir encore un autre super vilain…

Mais, en vérité, le vrai accomplissement de ce jeu pour moi c’est de mélanger tout ça avec brio dans un gameplay continu et dynamique qui nous entraîne sans arrêt dans ce monde de fous… et nous fait constamment marcher dans les bottes de la Chauve-Souris. En gros, le jeu comble nos attentes sur tellement de points qu’il arrive vraiment à nous faire ressentir que nous sommes Batman. On ressent de l’empathie ou on rejette les personnages que le héros rencontre, on s’attache à Gordon mais on sursaute quand l’Epouvantail est dans le coin : en un mot, on s’identifie à Batman lui-même et on a l’impression d’être au coeur de l’action.

Dans cette série, les combats sont rapides et violents, comme dans les comics ; les phases d’infiltration sont bien pensées et orientées “stratégie”, ce qui nous donne vraiment l’impression “d’être la nuit” ; la progression à travers l’histoire nous demande d’utiliser nos gadgets et de résoudre des énigmes, comme si on était vraiment le Justicier masqué.

Les jeux Arkham ont aussi évolué au fil des ans en améliorant tout le temps leur gameplay : alors qu’Arkham City transposait la série depuis les couloirs scriptés vers un monde ouvert, Arkham Origins a introduit une composante multijoueur et Arkham Knight a réintégré la Batmobile comme une vraie phase de gameplay pour encore booster le pouvoir de notre héros.

Toutes ces mécaniques sont assez différentes et pourtant elles sont parfaitement fusionnées pour créer un type de gameplay unique et, surtout, un type de jeu unique…

Conclusion

Et c’est pour ça que, pour moi, la série des Batman: Arkham, en plus d’être un vrai plaisir à jouer, est aussi un bon exemple de comment le gameplay peut nous faire nous attacher à un personnage.

Et n’hésitez pas à me dire en commentaire : vu que le gars se déguise déjà en chauve-souris la nuit, est-ce qu’il ne serait pas temps de dire que le Joker avait raison et que Batman est juste à une sale journée de devenir complètement dingue ?

La prochaine fois, on continuera à parler d’empathie et de jeu vidéos, et on verra comment la mise en scène et la narration peuvent créer des liens émotionnels forts avec les personnages… est-ce que vous devinez de quel jeu je parlerai ? 🙂

En attendant, j’espère de tout coeur que vous avez aimé cet article – n’hésitez pas à le liker et le partager si c’est le cas ! Et bien sûr, si vous avez une autre idée de jeux qui nous apprennent quelque chose sans qu’on le sache, partagez-la en commentaire.

Salut à tous, et à très bientôt pour la suite de la série !

Leave a Reply

Your email address will not be published.