WGTU #22: Player-to-character empathy – with Overwatch (EN/FR)

Let’s see how this world-renowned team-based FPS uses clever cross-media production to have players relate to their avatars!

This article is also available on Medium.

This article is available either in video format or in text format — see below 🙂

To begin with, don’t forget that if you have some ideas of your own for future WGTU videos, either a topic or a game you’d like me to discuss, you can leave a comment on YouTube, contact me on Twitter or send me an email (at mina.pecheux@gmail.com) 🙂

It’s always great to exchange with the community and I think it’s really cool we can build this series together, so feel free to share your thoughts!

And with that said – let’s dive in… and talk about player-to-character empathy!

Finding your audience…

When you write a story and share it with an audience, one of the most important things you want to insure is that the public can relate to your characters. That’s why it’s crucial to know what type of audience you’re aiming for – you’ll clearly not explain, describe and overall present your world the same way to a child or an adult, for example.

Creating this relationship to the characters can be done in various ways: some prefer to portray grandiose or badass heroes to have the audience dream and experience power growth, while others rather try to re-create more daily situations to make you directly sync up with the characters; and, of course, plenty of stories are just somewhere in the middle, in particular the ones where magic or supernatural elements suddenly enter our world.

This is the first step to writing an entertaining and credible story

… but sometimes, it’s not enough to find your audience, simply because nowadays medium also plays a big role! Not everyone likes to watch movies, and not everyone likes to read books. That’s typically why successful artworks can try and transpose their story to another medium, in hope of extending their public even more. We’ve seen it with a plethora of books, like the Hunger Games series or Stephen King’s production, and obviously with comic books, in particular, since Marvel and DC have decided to dive head first into their cinematic universes.

Today, using cross-media production can be the key to properly sharing your tale!

The power of cross-media

However, to me, this is sort of the “level 1” of transmedia: direct adaptation is primarily about re-shaping the original material to fit the new medium (like cutting parts of the book to fit into the cinema standards), but usually it doesn’t change the story or the characters that much. It’s never a hundred percent the same, don’t get me wrong, but still: you often try and convey the same info, just to a different part of the consumers that is in your expected audience but might have missed it otherwise.

What I consider “level 2” is what I want to focus more on today: using cross-media to further bring your world and its characters to life, to add even more depth to your fiction and make the best out of every medium.

This can be hard to pull off, because it means you need to know which medium is the most useful for which part of your world, and thus what each medium should “ignore” to not be bloated or overshadow the rest. It’s a delicate equilibrium, but it can be amazing if done right.

Arcane is a great animated series from Fortiche that tells the backstory of some Riot’s League of Legends characters (for more info: https://www.forticheprod.com/).

Recently, we’ve had the chance to experience this with the famous Arcane series, by the French studio Fortiche. It focuses on a handful of heroes from Riot’s League of Legends MOBA, and develops their background story in a masterfully executed set of nine episodes. And yet, I feel like it’s a bit of a stretch for our topic: the series was loved both by LoL players and complete outsiders, and it’s graphically and narratively brilliant, but it does get a bit creative with the characters themselves, compared to the game.

Another game that’s heavily relied on cross-media since it’s begun, and decided to use movies to better humanise its characters, is Overwatch.

The example of Overwatch

Overwatch is a 2016 team-based multiplayer first-person shooter game developed and published by Blizzard Entertainment. It has you play in one of the two teams of six and choose among a roster of dozens of heroes and villains to then fight in relentless battles. The game built upon the popularity of multiplayer online battle arenas and Team Fortress 2, but it was praised by critics for its accessible and enjoyable gameplay, its cartoonish visual style and, more than anything, its incredible characters.

Overwatch is a team-based FPS that has you discover a large number of heroes and villains… (Image from: https://www.igdb.com/games/overwatch/presskit)

As explained by Michael Chu, one of the game’s writers, the team decided to “leverage the strengths of […] different mediums to tell different parts of the story” – and so, instead of having a campaign or a story mode, Overwatch focuses solely on the gameplay and all the background on the world and the characters is shared via animated shorts and comic books!

So, starting in March 2016, Blizzard released various animated movies to give more info on the various heroes or villains in the game: Tracer, Winston, Reaper, Widowmaker and more. A few years later, they also began to publish various short stories to further deepen the lore.

Now, after all this transmedia marketing and merchandising, and also seeing how Overwatch took such a huge part of the esport scene, there’s no doubt that Blizzard’s strategy of having a “gameplay first” philosophy for the game paid off! They’ve managed to bring together millions of players and, as the critic Vince Ingenito said, they’ve successfully “[made the] cast and locales seem like people and places rather than puppets and scenery”. With Overwatch, Blizzard showed us that they were just as skilled at making an enjoyable and approachable shooter game, as they were at creating memorable and strong characters for the audience to empathise with…

Today, Overwatch has become a legendary game with a huge esport scene, and it’s loved by millions of players! (Image from: https://blizzard.gamespress.com/Esports-Overwatch)

Conclusion

So, that’s why, to me, Overwatch, in addition to being this nice flashy FPS, is also a great example of how to create a strong bond between the players and the characters.

And please, tell me in the comments: the cinematic battles seem pretty organised… but have you ever been in a game that is that professional?

I really hope you enjoyed this article – don’t forget to like and share it if you did! And of course, if you have any other idea of games that taught us something without us noticing, go ahead and tell us in the comments!

As always, thanks a lot for reading, and see you soon for the rest of this series 🙂

Cet article est disponible sous format vidéo ou texte – voir ci-dessous 🙂

Avant toute chose, n’oubliez pas que si vous avez des idées pour de futures vidéos WGTU, aussi bien un sujet qu’un jeu que vous aimeriez que j’étudie, vous pouvez laisser un commentaire sur YouTube, me contacter sur Twitter ou m’envoyer un mailmina.pecheux@gmail.com) 🙂

C’est toujours un plaisir d’échanger avec la communauté et de construire cette série avec vous, alors n’hésitez pas !

Et ceci étant dit, aujourd’hui, parlons un peu de la relation d’empathie entre le joueur et son avatar !

Trouver son public…

Quand on écrit une histoire et qu’on la partage, il est essentiel de trouver un moyen pour le public de s’attacher aux personnages. C’est pour ça que, d’abord, il faut savoir quel public on vise – on ne va évidemment pas décrire son monde de la même façon à un enfant ou un adulte, par exemple.

Cette relation avec les personnages peut être pensée de différentes façons : certains préfèrent présenter des héros grandioses pour que leurs lecteurs et spectateurs rêvent et aient cette sensation d’une force en puissance, d’autres au contraire re-créent des situations quotidiennes qui nous permettent de nous identifier immédiatement avec les personnages ; et bien sûr, beaucoup d’histoires sont entre les deux, en particulier celles où des éléments magiques ou surnaturels arrivent soudainement dans notre monde.

C’est la première étape pour écrire une histoire divertissante et crédible – mais, parfois, ce n’est pas assez pour trouver son public, simplement parce que de nos jours, le médium est aussi très important ! Tout le monde n’aime pas regarder des films, et tout le monde n’aime pas lire des livres. C’est typiquement la raison pour laquelle les oeuvres qui ont du succès essaient de transposer leur histoire vers d’autres médiums, dans l’espoir d’étendre leur public. On l’a vu avec bon nombre de bouquins, comme la série des Hunger Games, les créations de Stephen King et, évidemment, les comics, notamment depuis que Marvel et DC se sont lancés dans leurs univers cinématographiques.

Aujourd’hui, utiliser le cross-média peut être la clé pour vraiment partager son oeuvre !

Le pouvoir du cross-média

En même temps, pour moi, ce dont j’ai parlé jusqu’à maintenant est un peu le “niveau 1” du transmédia : l’adaptation directe a comme but premier la remise en forme du matériau original pour le nouveau médium (par exemple, la suppression de certaines scènes d’un livre pour coller aux standards cinématographiques). Généralement, elle n’essaie pas de modifier l’histoire ou les personnages en profondeur. Ça n’est jamais un copié-collé parfait, mais bon : globalement, on veut faire passer le même message, juste à une autre partie des consommateurs qui font partie de notre public cible mais qui auraient pu le rater autrement.

Ce sur quoi j’aimerais me concentrer dans cet épisode, c’est ce que j’appelle le “niveau 2” : là, on cherche à utiliser le cross-média pour donner vie à notre monde et à nos personnages, pour donner plus de profondeur à notre fiction et profiter au mieux de chaque médium.

Ça n’est pas toujours évident à faire, parce que ça signifie qu’on doit avoir une bonne notion de comment utiliser chaque médium pour présenter chaque partie de notre monde, et qu’on doit donc aussi savoir quoi “ignorer” selon les médiums pour ne pas surcharger une de nos oeuvres ou éclipser les autres. C’est un équilibre délicat, mais la vérité c’est que quand c’est bien fait, c’est assez exceptionnel.

Arcane est une excellente série animée de Fortiche qui nous raconte l’histoire de quelques personnages du jeu League of Legends de Riot (plus d’infos : https://www.forticheprod.com/).

Récemment, on a eu la chance d’avoir un exemple de ça avec la fameuse série Arcane, par le studio français Fortiche. Celle-ci se concentre sur quelques héros du MOBA League of Legends de Riot, et elle développe leurs origines en neuf épisodes incroyables. Pourtant, je trouve que ce serait un peu tricher que de prendre cet exemple pour notre sujet : la série est adorée à la fois des joueurs de LoL et du grand public, et elle est aussi brillante par sa réalisation et son design que par son histoire, mais elle prend parfois des libertés avec les personnages déjà esquissés dans le jeu original.

Un autre jeu qui s’est énormément reposé sur le cross-média dès ses débuts, et qui a décidé d’utiliser le film pour mieux humaniser ses personnages, c’est Overwatch.

L’exemple d’Overwatch

Overwatch est un jeu de tir à la première personne en équipe de 2016 développé et publié par Blizzard Entertainment. Dans ce jeu, on joue dans l’une des deux équipés de six et on choisit un personnage parmi le large roster de héros et de vilains disponible pour ensuite se lancer dans des batailles enragées. Overwatch s’est construit sur la popularité des “multiplayer online battle arenas”, les arènes de bataille en ligne multijoueur, et de Team Fortress 2, mais il a été applaudi par les critiques pour son gameplay accessible et agréable, son style graphique cartoon et, plus que tout, ses personnages incroyables.

Overwatch est un FPS en équipe qui nous propose de découvrir tout un tas de héros et de vilains… (Image issue de : https://www.igdb.com/games/overwatch/presskit)

Comme l’a expliqué Michael Chu, l’un des auteurs du jeu, l’équipe a décidé de “d’exploiter les forces des différents médiums pour raconter les différentes parties de l’histoire” – et donc, plutôt que d’avoir un mode campagne ou histoire, Overwatch se concentre uniquement sur le gameplay et toutes les informations sur le monde et ses personnages sont partagées via les courts-métrages d’animation et les comics !

C’est pour ça que, dès mars 2016, Blizzard commence à sortir divers films d’animation pour développer les histoires de ses héros et vilains comme Tracer, Winston, Reaper, Widowmaker et bien d’autres. Quelques années plus tard, ils ont aussi lancé des séries d’histoires courtes ou bandes dessinées pour encore plus approfondir leur univers.

Maintenant, après tout ce marketing et cette publicité transmédia, et quand on voit comment Overwatch a pris une telle importance sur la scène e-sport, pas de doute que le choix de Blizzard de faire “du gameplay avant tout” avec le jeu était le bon ! Le FPS a réuni des millions de joueurs et, pour citer le critique Vince Ingenito, ils ont réussi à “transformer leurs personnages et leurs environnements en de vrais personnes et lieux, et non en de simples marionnettes et décors”. Avec Overwatch, Blizzard nous a montré qu’ils étaient aussi doués pour créer un jeu de tir accessible et fun, que pour créer des personnages forts et mémorables aimés par le public…

Aujourd’hui, Overwatch est devenu un jeu de légende avec une grande scène e-sport, et il est adoré par des millions de joueurs ! (Image issue de : https://blizzard.gamespress.com/Esports-Overwatch)

Conclusion

Et c’est pour ça que, pour moi, Overwatch, en plus d’être un super jeu de tir délirant et très divertissant, est aussi un bon exemple de comment créer de l’empathie entre les joueurs et leurs avatars.

Et n’hésitez pas à me dire en commentaire : les batailles rangées que l’on voit dans les films Overwatch sont sympas… mais en vrai, vous avez déjà vu une équipe aussi sérieuse en jeu, vous ?

J’espère de tout coeur que vous avez aimé cet article – n’hésitez pas à le liker et le partager si c’est le cas ! Et bien sûr, si vous avez une autre idée de jeux qui nous apprennent quelque chose sans qu’on le sache, partagez-la en commentaire !

Salut à tous, et à très bientôt pour la suite de la série 🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published.