WGTU #12: Volition & agency – with The Stanley Parable 1/2 (EN/FR)

Let’s see how this unique indie interactive drama questions our power of decision!

This article is also available on Medium.

This article is available either in video format or in text format — see below 🙂

Before we dive into today’s episode, a little warning: there are gonna be lots of spoilers here, and since the game I’ll talk of is all about story, be sure to take a look at it before you watch this video if you want to discover it for yourself!

And also – there was a lot to say in this episode so… to avoid frying our brains, I’ve decided to publish it in two parts! So stay tuned for part two next week and, in the meantime, with all that said… let’s discuss the case of The Stanley Parable.

About The Stanley Parable

The Stanley Parable is an interactive drama that has you discover the multiple stories of Stanley… (Image from: https://stanleyparable.com/press/)

The Stanley Parable is a peculiar video game. It is actually an interactive drama with only limited gameplay per se. Designed and written by Davey Wreden and William Pugh, and released in 2011, this indie creation is fairly unique. It has you play a silent and invisible character that walks through a strange world, in first person view, only accompanied by this incredible narration by Kevan Brighting. As you progress through the game, you slowly discover that this universe offers multiple diverging pathways depending on your choices.

The game has a really interesting atmosphere and an exceptional sound design – in particular with the narrator that pleasantly mixes calm descriptions, exaggerated lyricism or soft reprimands… and from this extremely simple setup, it puts many themes in the spotlight: choices in video games, fate and predestination, agency and volition or even the relationship between creators and consumers.

Playing The Stanley Parable is a strange experience because it actually consists in a series of runs, so that you can explore all the divergent story branches. So, while your first “classic” run might take roughly 10 minutes, the game is far from being completed at that point!

Since you can redo new iterations and reset the loop, you might feel like your decisions don’t really have an impact and that there is no consequence: the next time a new iteration restarts, all will be back to its original state, so what’s the point? What control do you really have?

And that’s why I think this game is a great opportunity to discuss agency and volition.

Agency & volition

Volition is what theoretically allows us to decide “by ourselves”, rather than being unconsciously forced by biological responses. It’s still scientifically debated because it’s quite elusive and hard to test or validate.

Agency is the next level: it refers to the ability to act on those voluntary choices and to have them impact the rest of the world. We often consider that humans have agency as opposed to nature that has a fixed deterministic and “unthinking” behavior. Basically, the “sense of agency” is this feeling you get that “you are in control”. Also, because agency involves decision, it is often link to moral questions and value judgments: there is a sense of responsibility associated with agency.

Now, coming back to the game: in your first iteration of The Stanley Parable, you’ll most likely follow the voice of the narrator. Since you don’t have any direct objective shown on screen and he’s kindly guiding you, you can simply listen to him describe the actions to take and do what you should do (according to this story teller).

This will eventually get you to a sort of freedom… but that you only got through obeying all the narrator’s orders, one after the other. Thus you’ll probably be left wondering: how much of that is true agency? Did you actually choose to become free, or were you forced to? And, if so, are you really free, then?

And so – you’ll start to question the role of the narrator that helped you so far.

The role of the narrator

In theory, the narrator is here to tell you what happened – past tense. Of course, narrators can be part of the story, they can be an actual character in the scene, and they are not always objective; but all in all, they speak about past events.

In The Stanley Parable, this basic idea is completely turned upside down since the narrator is an actor in the story… and that he, as much as you, decides what happens. He is, essentially, the only one that can guide you and change the world around you to make the story move forward.

As the player, your only possible interaction with this world is to walk in it and press some buttons at specific times. But the narrator, just by saying what he wants to happen, can create or destroy anything around you and seems to hold the true power here. In some scenarios where you deviate enough from the original plan, he’ll even point it out as he laughs and says that you are “merely living one instance of the story” and that he has told many more…

In The Stanley Parable, the narrator forces you to repeatedly play the same time loop, but you’ll gradually plenty of endings depending on your choices… (Image from: https://www.youtube.com/watch?v=-pHsFDiRqOM)

In truth, from one iteration to the other, the narrator will shift from being a friend to a foe. If at the very beginning he is an ally that helps you discover this strange world and get on the right track, as you start to disobey and try to take back control, he’ll gradually become an adversary and fight you! Rather than opening doors and moving lifts, the narrator will start to trigger catastrophic events and he will be hellbent on destroying you and the world so that you can’t leave a free life.

All of this will, of course, be sprinkled with falsely reassuring and friendly remarks… but since in this game, there is a complete match between what this almighty being says and what happens to you, it makes you wonder: do you have any sort of power in this universe to push back? Can you act voluntarily against this terrible machine that is the story of The Stanley Parable?

Can you beat The Stanley Parable‘s terrible machine? (Image from: Modern Times, Charlie Chaplin – 1936)

Conclusion

That, folks, we’ll discuss next time, because we’ve already talked about a lot of things today and I think we deserve a little break!

So see you next week for part two, where we’ll see how the player can indeed impact the world of The Stanley Parable, and how the game cleverly breaks the 4th wall to immerse you even more into its story…

As always, thanks a lot for reading, and see you soon for the rest of this series 🙂

Cet article est disponible sous format vidéo ou texte – voir ci-dessous 🙂

Avant de commencer, petite alerte spoilers : il va y avoir pas mal de divulgachâge dans cet épisode, et comme le jeu dont je vais parler repose presque entièrement sur son histoire, n’hésitez pas à aller le tester avant de regarder la vidéo si vous voulez le découvrir par vous-même !

Et aussi : il y avait vraiment beaucoup à dire donc, pour éviter de trop nous griller le cerveau, j’ai décidé de le publier en deux parties ! Alors restez à l’affût de la 2e partie la semaine prochaine et, en attendant, tout cela étant dit, il est temps de se pencher sur le cas de The Stanley Parable.

A propos de The Stanley Parable

The Stanley Parable est une histoire interactive qui nous propose de découvrir les vies de Stanley… (Image issue de : https://stanleyparable.com/press/)

The Stanley Parable est un jeu vidéo un peu spécial. En fait, c’est une histoire interactive avec un gameplay assez limité. Conçu et développé par Davey Wreden et William Pugh, et sorti en 2011, cette création indé est unique en son genre. Le jeu vous fait jouer un personnage muet et invisible qui se balade dans un monde étrange, en vue à la première personne, accompagné seulement de la narration incroyable de Kevan Brighting. A mesure que l’on progresse dans le jeu, on découvre peu à peu que l’univers nous offre tout un tas de chemins divergents en fonction de nos choix.

Le jeu a une ambiance vraiment intéressante et un sound design exceptionnel – en particulier avec ce narrateur qui passe brillamment de la description calme au lyrisme grandiose, à la réprimande douce… et dans ce contexte très simple, The Stanley Parable parvient à poser un bon nombre de questions : le choix dans les jeux vidéo, le destin et la prédestination, la volonté et l’agentivité ou même la relation entre créateurs et consommateurs.

Jouer à The Stanley Parable, c’est une expérience étrange parce que le jeu nous fait en fait refaire en boucle des itérations du même moment pour nous permettre d’explorer toutes les branches divergentes. Donc même si notre première itération “classique” dure environ 10 minutes, on est bien loin d’avoir terminé le jeu à ce stade !

Comme on refait continuellement de nouvelles itérations et que le monde semble à chaque fois réinitialisé, on peut avoir la sensation au début que nos décisions n’ont pas vraiment d’impact ou de conséquence : puisque, la prochaine fois, tout sera revenu dans son état initial, à quoi bon ? Quel contrôle a-t-on réellement ?

Et c’est pour ça que, pour moi, ce jeu est une belle occasion de parler d’agentivité et de volonté.

Agentivité & volonté

La volonté, c’est théoriquement ce qui nous permet de décider “par nous-même”, plutôt que d’être forcé inconsciemment à suivre notre biologie. C’est un concept qui fait encore débat scientifiquement, parce qu’il est difficile à décrire précisément, à tester et à valider.

L’agentivité, c’est le niveau d’au-dessus : ça décrit notre capacité à effectivement agir sur la base de ces choix volontaires pour impacter le reste du monde. On considère souvent que les humains ont de l’agentivité par opposition à la nature qui a un comportement fixe, déterministe et “irréfléchi”. En gros, le “sentiment d’agentivité”, c’est cette sensation que l’on a “d’être en contrôle”. Et puis, comme l’agentivité implique la décision, elle est souvent reliée aux questions morales et aux jugements de valeur : on y associe donc le sentiment de responsabilité.

Mais revenons-en au jeu : dans sa première itération de The Stanley Parable, généralement, le joueur va suivre la voix du narrateur. Comme il n’a pas d’autre objectif clair à l’écran et que l’homme se propose gentiment de le guider, le joueur peut se contenter de l’écouter décrire les actions à effectuer et faire au fur et à mesure ce qui doit être fait (en tout cas, d’après ce conteur).

Ça lui amènera une sorte de liberté… mais qu’il aura obtenu en suivant aveuglément les ordres du narrateur, l’un après l’autre. Ce qui pose inévitablement la question : est-ce vraiment de l’agentivité ? Est-ce que le joueur a choisi d’être libre, ou est-ce qu’il y a été contraint ? Et, si c’est le cas, est-ce qu’il est vraiment libre ?

Et c’est là que le joueur commencera à se demander quel est le véritable rôle du narrateur qui l’a aidé jusqu’à maintenant…

Le rôle du narrateur

En théorie, le narrateur est là pour raconter ce qu’il s’est passé – il raconte ce qui a déjà eu lieu. Bien sûr, les narrateurs peuvent faire partie de l’histoire, ils peuvent être des personnages dans la scène, et ils ne sont pas toujours objectifs ; mais, de manière générale, ils parlent d’évènements passés.

Dans The Stanley Parable, cette idée de base est complètement renversée puisque le narrateur est un autre acteur de l’histoire… et que, tout autant que vous, il décide de ce qu’il se passe. En fait, il est même le seul qui peut vous orienter dans ce monde et le modifier pour faire progresser l’histoire.

En tant que joueur, vos seules façons d’interagir avec le monde sont de marcher ou d’appuyer sur quelques boutons à des moments précis. Mais le narrateur, lui, peut créer ou détruire n’importe quoi juste en disant à haute voix ce qu’il souhaite voir arriver. Dans certains scénarios où vous déviez suffisamment du plan original, il fera même remarquer ironiquement que vous ne vivez là “qu’une instance de l’histoire” et qu’il en déjà raconté bien d’autres…

Dans The Stanley Parable, le narrateur vous force à revivre la même boucle temporelle encore et encore, mais vous allez peu à peu découvrir de nombreuses fins en fonction de vos choix… (Image issue de : https://www.youtube.com/watch?v=-pHsFDiRqOM)

La vérité c’est que, d’une itération à l’autre, le narrateur est successivement un allié ou un adversaire. Si, au tout début, c’est un ami qui vous aide à découvrir et comprendre ce monde étrange, et à trouver la bonne voie, à mesure que vous désobéissez et que vous essayez de reprendre le contrôle, il va se transformer en un ennemi féroce ! Au lieu d’ouvrir les portes et d’activer les ascenseurs, le narrateur va alors déclencher des évènements catastrophiques et faire de son mieux pour vous détruire et vous empêcher de vivre une vie vraiment libre.

Tout cela étant, bien sûr, saupoudré de petites remarques amicales et rassurantes… mais comme, dans ce jeu, il y a une identité parfaite entre ce que cet être tout-puissant dit et votre réalité, on se demande assez vite si on a un quelconque pouvoir dans cet univers ? Peut-on vraiment lutter ? Peut-on agir volontairement pour combattre cette machine terrible qu’est l’histoire de The Stanley Parable ?

Peut-on vaincre la terrible machine de The Stanley Parable ? (Image issue de : Les Temps Modernes, Charlie Chaplin – 1936)

Conclusion

Ça, les amis, on en parlera la prochaine fois, parce qu’on a déjà discuté de pas mal de choses aujourd’hui et que l’on mérite bien une petite pause !

On se retrouve la semaine prochaine pour la 2e partie où on parlera de l’impact que le joueur peut avoir sur le monde de The Stanley Parable et sur l’intelligente utilisation du 4e mur pour encore mieux nous immerger dans cette histoire fascinante…

Salut à tous, et à très bientôt pour la suite de la série 🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published.