WGTU #8: Learning through exploration – with Journey (EN/FR)

Let’s see how this delicate adventure game makes us learn through discovery and explanation!

This article is also available on Medium.

This article is available either in video format or in text format — see below 🙂

A kid’s curiosity

Stephen Hawking once wrote:

I am just a child who has never grown up. I still keep asking these ‘how’ and ‘why’ questions. Occasionally, I find an answer.

I like this quote because it reminds of this freedom we have as kids to just question the world and discover new things all the time, again and again, as we’re running around and exploring our surroundings. I believe that we should keep this kid curiosity as grown-ups. We should keep on exploring, and questioning, and going in blind…

And video games are obviously a great medium for trying out this informal learning! Because there are about no risks or direct dangers when playing a video game, it’s easier for people to try and see what happens in this context. They are less afraid of making a mistake, and they might embark on difficult adventures that require them to continuously discover, learn and redo.

A great example of this learning through exploration is Journey.

Journey is a great adventure title developed by Thatgamecompany! (Image from: https://www.youtube.com/watch?v=mU3nNT4rcFg)

What is Journey?

Released in 2012, Journey is an adventure title developed by Thatgamecompany. Quickly recognised as a unique and lovable game by players and critics, it’s gotten ported to lots of platforms and is still enjoyed by a huge amount of fans today.

Journey has stunning graphics, and it has an amazing soundtrack that instantly pulls you to the endless desert. Its gameplay is incredibly simple and yet enough. But, most of all, this game has been saluted for the one-of-a-kind experience it delivers.

Many players have said to have had strong emotional responses when faced with this game, and it’s interesting to think that some were just glad to soar in-between the dunes for hours, and see the character slowly glide through the air.

How come we can like such a basic thing?

Why is Journey so great?

I think that, parallel to the great art style and sound design, it’s also because the game demands you are completely involved. It requires full engagement, because you are the complete master of the story.

Journey is a minimalistic game. It has no text, or voice. It has no real tutorial. It does not impose a pace, and it does not enforce a specific path. Sure, you have some locations you’ll need to visit to get through the levels and continue your adventure, but you can dance for twenty minutes in the sand if you want, without being assaulted by NPC auto-replies, or having a large arrow point to the next objective.

Plenty of games like Need For Speed Payback (2017) have big arrows and markers pointing to the next objective… (Image from: https://www.youtube.com/watch?v=4484xdymZOo)

The game has you learn its rules by yourself, one at a time, and at your own speed. There are some overlays of controls at the very beginning, but other than that, Journey often feels more like a movie or a living picture than a video game. It is about the exact opposite of quick-time events where the interactivity is constantly brought to the foreground.

Daring to make mistakes…

Going in blind

Also, in this game, we learn via trial and error: our knowledge of this desert land and our Journey skills come from discovery and exploration. We basically encounter something new, make some hypothesis as to what we should do and then repeat these steps until we’ve found the right solution and internalised it.

So, at the very beginning, you’ll probably be pretty lost in this huge desert. But then, as you explore the world, pick up bonuses or meet strange creatures, you will slowly see patterns emerge and you will even be able to speculate what the rules and internal logic of this land are.

A side-note: AI & reinforcement learning

This idea of re-doing the same task over and over again to gradually tweak your behaviour and eventually get the best possible result is typically something we do as children.

And it has even given traction to a subfield of AI research called “reinforcement learning”. Here, the algorithm is not given a set of rules but rather a context, a bit like a kid that is faced with a brand new situation and has to react to it. The AI is asked to guess a move, and after a given amount of actions, it will be rewarded a positive or a negative amount of points. Based on this reward, the AI can then “learn” if the actions taken previously are right or wrong and adapt for next time.

By cleverly picking the rewards and the actions and by repeating this scenario thousands of times, you can ultimately get pretty amazing results like the famous Dota 2 or Starcraft AI players!

And you see that this process is pretty similar to what a Journey player is doing…

Conclusion

So: what if Journey, in all its bright beauty, was also a great example of learning through exploration?

And please tell me in the comments: how many of you have, like me, spent hours running and jumping just to hear the sand fall?

In the meantime, if you have any other idea of games that taught us something without us noticing, go ahead and share it in the comments!

Thanks a lot for reading, and stay tuned for the rest of this series!

Cet article est disponible sous format vidéo ou texte – voir ci-dessous 🙂

La curiosité d’un enfant

Stephen Hawking a écrit un jour :

“Je suis juste un enfant qui n’a jamais grandi. Je continue à demander ‘comment’ et ‘pourquoi’. Parfois, je trouve la réponse.”

J’aime beaucoup cette citation parce qu’elle me rappelle cette liberté que l’on a, quand on est enfant, de s’interroger sur le monde et de toujours découvrir de nouvelles choses, à mesure que l’on court partout et que l’on explore les environs. Je pense qu’il est important de garder cette curiosité quand on devient adulte – on devrait continuer à explorer, se poser des questions, et oser partir à l’aveugle…

Et les jeux vidéos sont évidemment un excellent medium pour ce type d’apprentissage informel. Parce que, généralement, ils ne présentent pas vraiment de risques ou de dangers directs pour le joueur, on est souvent plus prêt à tenter sa chance quand on joue à un jeu vidéo. On a moins peur de faire une erreur et on peut ainsi s’embarquer dans des aventures difficiles qui nous demande de constamment découvrir, apprendre et recommencer.

Un bel exemple de cet apprentissage par l’exploration est Journey.

Journey est un excellent titre d’aventure développé par Thatgamecompany ! (Image issue de : https://www.youtube.com/watch?v=mU3nNT4rcFg)

Journey, c’est quoi ?

Sorti en 2012, Journey est un jeu d’aventure développé par Thatgamecompany. Il a été très vite apprécié aussi bien par les joueurs que les critiques, pour son caractère unique. Depuis, il a été porté sur de nombreuses plateformes et compte encore aujourd’hui beaucoup de fans.

Journey a des graphismes spectaculaires et une bande-annonce qui vous entraîne instantanément dans le désert sans fin. Le gameplay est terriblement simple, mais parfaitement adapté. Mais surtout, le jeu a été salué pour l’expérience particulière qu’il propose.

De nombreux joueurs ont reconnu avoir eu des émotions fortes face à ce jeu, et il est intéressant de noter que certains étaient juste heureux de s’élever entre les dunes pendant des heures et de voir le personnage planer dans les airs.

Alors, la question se pose : comment peut-on apprécier quelque chose d’aussi basique ?

Pourquoi Journey est-il aussi intéressant ?

Je pense qu’en plus du style artistique et du sound design, c’est aussi parce que Journey nous demande d’être complètement impliqué. Le jeu nécessite un engagement total car on maîtrise complètement l’histoire.

Journey est un jeu minimaliste. Il n’y a pas de texte, ni de voix. Il n’y a pas vraiment de tutoriel. Il n’y a pas de rythme imposé, ou de chemin prédéfini qu’il faut suivre absolument. Bien sûr, il faut passer par certains lieux clés pour avancer dans les niveaux et continuer l’aventure, mais on peut rester là à danser dans le sable pendant 20 minutes si on le souhaite sans être assailli par des dialogues de PNJs, ou avoir une grande flèche clignotante pointée sur le prochain objectif.

Beaucoup de jeux comme Need For Speed Payback (2017) nous montrent de grandes flèches et de grands marqueurs vers le prochain objectif… (Image issue de : https://www.youtube.com/watch?v=4484xdymZOo)

On apprend les règles du jeu par nous-mêmes, une par une, et à notre rythme. Même si on nous montre quelques contrôles au tout début, en général, Journey ressemble plus à un film ou une peinture animée qu’à un jeu vidéo. C’est un peu l’exact opposé des quick-time events où, à l’inverse, on ramène tout le temps l’interactivité au premier plan.

Oser se tromper

Y aller à l’aveugle

Et puis, dans ce jeu, on apprend par essai et erreur. Notre connaissance de ce monde désertique et nos compétences de joueur de Journey viennent de la découverte et l’exploration. En gros, on découvre quelque chose de nouveau, on formule une hypothèse sur ce qu’il faut faire et on répète le processus jusqu’à trouver la bonne solution et l’internaliser.

Au début, on peut être un peu perdu dans ce désert immense. Mais à mesure que l’on explore le monde, que l’on ramasse des bonus ou que l’on rencontre des créatures étranges, on voit peu à peu des patterns se dessiner et on peut même, au final, spéculer sur les règles et la logique interne de ce lieu.

Petite note : IA & apprentissage par renforcement

Cette idée de répéter la même action pour graduellement adapter son comportement et, à la fin, obtenir le meilleur résultat possible, c’est typiquement un truc que fait un enfant.

Et ça a même poussé au développement d’un champ en IA appelé : “l’apprentissage par renforcement”. Ici, on ne donne pas à l’algorithme un ensemble de règles mais plutôt un contexte, un peu comme un gamin qui découvre une nouvelle situation et qui doit y réagir. L’IA doit tenter une action et, après un nombre donné d’interactions, elle reçoit une récompense positive ou négative. En analysant cette récompense, l’IA peut alors “apprendre” si ses actions étaient plutôt bonnes ou mauvaises et s’adapter pour la prochaine fois. En choisissant astucieusement les récompenses et les actions, et en répétant le scénario des milliers de fois, on peut finalement obtenir des résultats assez impressionnants comme les fameuses IA qui jouent à Dota 2 ou Starcraft !

Et, en fait, ça ressemble pas mal à ce que fait un joueur de Journey…

Conclusion

Alors : et si Journey, dans toute sa beauté brillante, était aussi un bon exemple d’apprentissage par l’exploration ?

Et n’hésitez pas à me dire en commentaire : est-ce que vous aussi vous avez passé des heures à courir et sauter dans le sable juste pour l’entendre glisser sous vos pas ?

En attendant, si vous avez une autre idée de jeux qui nous apprennent quelque chose sans qu’on le sache, partagez-la en commentaire !

Salut à tous, et à bientôt pour un nouvel épisode 🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *