WGTU #5: Versatility VS specialisation – with Hearthstone (EN/FR)

Let’s see how Blizzard’s digital collectible card game contrasts versatility with specialisation!

This article is also available on Medium.

This article is available either in video format or in text format — see below 🙂

So… you know how, in 2012, Blizzard decided to extend their set of games and added in their collectible card game, Hearthstone? It quickly got famous among players, plus some really positive reviews from the critics and even esport competitions!

Blizzard’s 2012 collectible card game, Hearthstone, is an amazing and entertaining game – full of nice jokes and cool Warcrafty references!

First developed by a smaller team of Blizzard as an experiment, the game was inspired by the physical World of Warcraft card trading game and nicely re-used the assets to create a smooth, enjoyable but more user-friendly gameplay. It’s also pretty neat in terms of private jokes and Warcrafty references 😉

Hearthstone obviously shares similarities with other CCGs, like buying card packs to build your deck, planning ahead your strategy from turn to turn, combining minions with direct spells and hero cards, etc. However, it was specifically designed to be played quicker than most CCGs (such as Magic: The Gathering) with a system of round timer, and no allowed actions from the opponent during your turn which pushes you to prepare very different strategies.

So, yeah – Hearthstone is a fun and extremely interesting card game that has us practice many skills. There are lots of things we could discuss. But today, I want to focus on one of its core mechanics: the way it contrasts versatility with specialisation.

Generalists and experts

Whenever you start to dive really deep in a topic, you eventually have to face some inescapable realities; most notably, you’ll eventually have to admit that you can’t learn all about everything.

And so this might confront you to two possible mindsets: either stay versatile and “glaze over” as many topics as you can, or become an expert in a narrow field, and let go of the others.

This is, of course, an over-simplification of a very complex problem. But still – lots of education and management theories rely on this idea that some of us prefer to remain generic and dip our toes in several domains (even if it prevents us from ever knowing all their intricate details) while others would rather lose themselves in a specific topic and keep up-to-date with its latest R&D and academic papers.

How Hearthstone confronts us to the “versatility VS specialisation” issue

In its own way, Hearthstone has us deal with the “versatility VS specialisation” question at two levels: at a large scale when building your deck and preparing for upcoming sessions, and at a smaller level during games.

Picking the right cards in your deck

At a high level, deck building is a fine-tuning process that requires a lot of practice to get it right. There’s a reason the Internet is full of forums and blog posts teaching you how to craft the best “mage deck”, or the mysterious “Paladin murloc deck”. Even if you gradually accumulate all the available cards in the game, at the end of the day, you’ll only be able to bring 30 with you in battle. This means that you have to pick wisely and try to prepare for any eventuality.

Building a good deck is not easy, and you’ll most certainly need to tweak it multiple times !

Should you fill your deck with powerful high rank cards, but risk having nothing available during the first turns because you don’t have enough mana to use those cards? Or rather choose a bunch of level 1 cards and flood the board with weak minions? There are plenty of strategies but, quite often, it’s a good idea to refrain from going to the extremes. Most of us go for something with a little bit of weak, a little bit of strong; a little bit of crowd-control, a little bit of heavy damage; and so on…

In other words, the majority of beginner Hearthstone players prefer genericity and hope that a versatile deck will be able to cope with most situations. More advanced players know enough of the inner mechanics and complex combos to venture into the world of expertise and “specialize” their deck.

Choosing wisely during games

At a smaller scale, throughout a game session, you’ll also have to choose between the versatile and the more specialised cards in your hand. More often than not, you’ll have drawn a few cards from your deck and you’ll have to pick which ones to place this turn.

At that point, lots of factors can come into play, and versatility is a big one.

For example, disregarding all the wide variety of types, and races, and rarities, and skills, think of the difference between two basic beast cards, with no special power whatsoever: the “Bloodfen Raptor” and the “Duskboar”.

The first one is quite balanced: it deals 3 damage to its opponent, and has 2 health points. This means that it can attack the enemy’s minions a fair amount and should last at least last one or two turns. The Duskboar on the other hand is more of a heavy charge fiery beast: it will likely deal a lot of damage but only on a short span of time, because it hasn’t got enough healthpoints to last a full fight.

Properly assessing the risks and placing the right card at the right time is key to success… and it requires, among other things, to be able to maintain a balance between the sort of cards you play, and how versatile or specialised they are. No matter how similar they look, there are some more profound mechanics under the hood that will make sure no two cards are really the same!

Conclusion

So: what if Hearthstone, in all its savvy science, was actually a great example of versatility versus specialisation?

And please tell me in the comments: am I the only one that just enjoys seeing all these squires pop and flood the arena? 🙂

In the meantime, if you have any other idea of games that taught us something without us noticing, go ahead and share it in the comments!

Thanks a lot for reading, and stay tuned for the rest of this series!

Cet article est disponible sous format vidéo ou texte – voir ci-dessous 🙂

Vous vous souvenez quand, en 2012, Blizzard a décidé d’étendre sa galerie de jeux et y a ajouté son jeu de cartes à collectionner, Hearthstone ? Il a vite été remarqué par les joueurs, et il a aussi reçu des critiques très positives et a même été le théâtre de compétitions d’e-sport !

Le jeu de cartes à collectionner de Blizzard, Hearthstone (2012) est un jeu très fun – plein de blagues et de références Warcraftiennes!

D’abord une expérience développée par une petite équipe de Blizzard, ce jeu s’inspire du jeu de carte physique World of Warcraft et ré-utilise astucieusement ses ressources pour créer un gameplay fluide, amusant mais aussi plus facile d’accès. Et puis, Hearthstone est un vrai bonheur en terme de private jokes et de références Warcraftiennes 🙂

Evidemment, Hearthstone partage des similitudes avec d’autres jeux de cartes, comme l’achat de paquets de cartes pour construire son deck, la planification au tour par tour, l’association de sbires avec des sorts et des cartes de héro, etc. Mais le jeu a été conçu spécifiquement pour être joué plus vite que les autres jeux de cartes (par exemple Magic: The Gathering), grâce à un système de timer pour le tour, et l’interdiction pour l’opposant de jouer pendant votre tour. Ceci force les joueurs à préparer des stratégies très différentes.

Hearthstone est donc un jeu de carte très fun et très intéressant qui peut nous enseigner bien des choses. On pourrait étudier un bon nombre de concepts – mais aujourd’hui, je vais me concentrer sur une de ses mécaniques principales : la façon dont le jeu contraste polyvalence et spécialisation.

Généraliste ou expert ?

Dès qu’on commence à se plonger dans un sujet corps et âme, on doit assez vite faire face à certaines réalités incontournables ; en particulier, le fait qu’on ne peut pas tout savoir dans tous les domaines.

Cette réalisation peut mener à deux mentalités : soit rester versatile et survoler autant de sujets que possible, soit devenir un expert dans un domaine restreint, et laisser de côté les autres.

Bien sûr, c’est une vision très simpliste d’un problème complexe. N’empêche – pas mal de théories en éducation et en management reposent sur l’idée que certains d’entre nous préfèrent être des généralistes qui s’attaquent à plusieurs domaines (même si cela nous empêche de les connaître en détail) alors que d’autres aiment mieux se perdre complètement dans un sujet et rester à l’affût des dernières recherches.

Comment Hearthstone oppose-t-il versatilité et expertise ?

A sa façon, Hearthstone nous apprend à gérer cette question de la polyvalence contre la spécialisation à deux niveaux : à une large échelle quand on prépare son deck pour les sessions à venir, et à une échelle plus réduite pendant les parties.

Choisir les bonnes cartes dans son deck

La construction d’un deck de cartes est un processus qui demande des ajustements et beaucoup d’entraînement. Pas étonnant qu’Internet soit rempli de forums et de posts de blogs qui expliquent comme créer le meilleur “deck de mage”, ou le mystérieux “deck du Paladin murloc”. Même si un joueur accumule petit à petit toutes les cartes disponibles, au final, il ne pourra en emporter que 30 avec lui lors d’un combat. Autrement dit, il faut quand même choisir judicieusement et se préparer à toute éventualité.

Fabriquer un bon deck n’est pas simple et il est probable que vous ayez à faire pas mal d’ajustements… !

Vaut-il mieux remplir son deck avec des cartes puissantes mais coûteuses, au risque de ne pas pouvoir les utiliser dans les premiers tours car on n’a pas encore assez de mana ? Ou bien plutôt choisir des cartes de niveau 1 et remplir le plateau avec de piètres serviteurs ? Il y a un tas de stratégies possibles mais, souvent, il est plus malin d’éviter les extrêmes. La plupart des joueurs aiment mélanger des cartes faibles, des cartes fortes, des cartes de contrôle, des cartes de dégât, et ainsi de suite.

En d’autres termes, la majorité des joueurs de Hearthstone débutants préfèrent être génériques et espèrent qu’un deck versatile permettra de gérer la plupart des situations. Des joueurs plus expérimentés connaissent assez les mécaniques internes du jeu et les combos possibles pour s’aventurer sur le terrain de l’expertise et “spécialiser” leur deck.

Se décider pendant un tour

Ensuite, dans un contexte plus précis, pendant une partie, il faut aussi faire des choix. Cette fois, il s’agit de décider quelle carte jouer pendant le tour parmi celles qui ont été tirées du deck… en équilibrant la balance entre versatilité et spécialisation.

Par exemple, mettons de côté toutes les variétés de catégories de cartes comme les types, les races, les raretés, les sorts ; et regardons les différences entre deux cartes “bête” sans aucun pouvoir : le “Raptor Rougefange” et le “Sanglier de pénombre”.

La première carte est assez équilibrée : elle a une puissance d’attaque de 3, et 2 points de vie. La carte peut donc affaiblir les sbires ennemis et, à la fois, survivre au moins un ou 2 tours. D’un autre côté le Sanglier de pénombre est plutôt une bête furieuse prête à charger : la carte provoquera sans doute pas mal de dégât mais seulement pendant une courte période, car il n’a pas assez de points de vie pour tenir tout un combat.

Evaluer correctement les risques et placer la bonne carte au bon moment est évidemment la clé de la réussite… et ça suppose, entre autres, de savoir maintenir un équilibre entre les cartes que l’on joue, et notamment à quel point elles sont versatiles ou spécialisées. Même si deux cartes se ressemblent beaucoup, il y a des mécaniques plus profondes qui s’assureront que toutes les cartes sont uniques !

Conclusion

Alors : et si Hearthstone, dans toute sa science si satisfaisante, était en fait un bon exemple d’opposition entre la polyvalence et la spécialisation ?

Et n’hésitez pas à me dire en commentaire : est-ce que je suis la seule à adorer regarder tous ces écuyers popper et remplir l’arène ? 😉

En attendant, si vous avez une autre idée de jeux qui nous apprennent quelque chose sans qu’on le sache, partagez-la en commentaire !

Salut à tous, et à bientôt pour un nouvel épisode 🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published.