WGTU #4: Emergence – with Magicka (EN/FR)

Let’s see how this really nice indie action-adventure game can introduce us to the concept of emergence!

This article is also available on Medium.

This article is available either in video format or in text format — see below 🙂

Have you ever heard of the video game Magicka? 🙂

It’s gotten noticed at the time of its release in 2011, by Arrowhead Game Studios, and it’s a really fun and enjoyable indie action-adventure title that is filled with good jokes, self-derision and sweet geek references. But beneath all this attractive and entertaining over-the-top decorum, Magicka actually relies on very interesting mechanics that are pretty profound!

In Magicka, you control a little magician that ventures in a fantasy world with goblins, trolls, spiders and plenty of other enemies from the usual video game bestiary. The game mechanics are very intuitive and quick-to-understand, but the initial trivial tasks gradually turn into challenging feats as you progress through the levels, and it feels like all those basic concepts slowly come together to create something more complex…

In Magicka, you play a little magician that fights common enemies from the fantasy bestiary!

“Crafting” your spells

In particular, at the heart of the fight mechanics, is the “crafting” of your spells. The idea is that contrary to other games where you have a book filled with a set of pre-determined spells that you cast instantly, here you instead “stack” basic components to build a temporary beam, or cone, or projectile, or spray, or shield.

Throughout the adventure, you’ll gradually discover a total of 8 elements. Those elements can then be mixed together in a number of ways to create just an amazing variety of spells.

The 8 elements in Magicka

A very basic technique is to just repeat the same element again and again to boost its power. This is just about multiplying instances of one item to increase its strength – it sounds pretty straight-forward that adding fire to fire will give you more fire, right?

On the other hand, more advanced spells expect you to mix different elements – for example, you can easily make a “cold projectile” by combining earth and cold.

In that case, we get the advantage of both elements: the earth on its own deals a lot of damage, the cold slows down the enemy – so a cold projectile will damage and slow down the enemies.

But now: what if you mix fire and water? It’s quite obvious, but you won’t get something that both burns and wets the enemy – that wouldn’t make any sense.

(And yes – there is some level of logic in Magicka, despite the upbeat crazy style that is so likeable 😉 )

So: what will this combo give you? In fact, mixing fire and water will create a brand new element: steam! This is a non-atomic element, it has to be crafted from fire and water, and so it is the result of the interaction of these two elements. Similarly, water and cold will create ice.

Both steam and ice have their use, be it for stabilizing a spell or turn it into a deadly cold bullet spread.

In other words, by combining atomic elements that have some individual properties of their own, you get a brand new thing with a more complex structure and new properties. In that sense, Magicka can thus serve as an introduction to the concept of emergence.

The concept of emergence

Emergence is a philosophical concept that is also commonly discussed in science and art. It’s usually summed up with the well-known saying: “the whole is more than the sum of its parts”. Basically, it’s the phenomenon that allows a system of singular components to present additional layers of complexity that are born out of the interactions between the components.

Emergence allows a system of components to present an additional layer of complexity based on their interactions

Each component remains pretty simple, but the system in its entirety “evolves” into something more.

For example, biologists who study life often consider it an emergent property of chemistry, since the various behaviours we see at the macro scale are derived from the interactions and combinations of molecules at the micro scale. Another famous example of emergence is the way a flock of bird develops a group behaviour from the reactions of each individual. Modelling animal swarms as a system of entities with emergent properties has even lead to the birth of crowds in computer graphics, with Craig Reynolds’s “boids”.

Craig Reynolds’s “boids” are the origin point of today’s CG crowds

Going further…

Of course, Magicka doesn’t pretend to teach us this concept of emergence but, in a way, it trains our brains to quickly assemble elements into advanced formulas, and it also shows us how multifaceted the results can be with just this limited toolbox of initial building blocks.

The game could even serve as case example to discuss the difference between strong and weak emergence. Although this distinction is still debated, we could see stacking compatible elements to combine their advantages (like earth and cold) as weak emergence, because each individual element retain its independence, while transforming your fire plus water combo into steam would be an example of strong emergence: you have formed a new entity with emergent properties to replace the atomic elements.

Conclusion

So: what if Magicka, in all its delightful goofiness, was actually a great way to discover the concept of emergence?

And please tell me in the comments: am I the only one that keeps on forgetting that trolls don’t burn… and gets crushed every time?

Trolls are pretty dangerous… and you better run fast!

In the meantime, if you have any other idea of games that taught us something without us noticing, go ahead and share it in the comments!

Thanks a lot for reading, and stay tuned for the rest of this series!

Cet article est disponible sous format vidéo ou texte – voir ci-dessous 🙂

Vous avez déjà rencontré le jeu vidéo Magicka ? 🙂

Il a pas mal fait parler de lui à sa sortie, en 2011, par Arrowhead Game Studios, et c’est un titre d’action-aventure terriblement fun et divertissant rempli de bonnes blagues, d’auto-dérision et de références geek de tout poil. Mais sous ce décorum alléchant et exubérant, Magicka repose en fait sur des mécaniques très intéressantes et assez profondes !

Dans Magicka, on contrôle un petit magicien qui s’aventure dans un monde de fantasy avec goblins, trolls, araignées et un tas d’autres ennemis du bestiaire classique des jeux vidéo. Les mécaniques de jeu sont très intuitives et assez simples à apprivoiser, mais les tâches initialement triviales se transforment peu à peu en exploits demandants à mesure que l’on progresse dans les niveaux. C’est un peu comme si ces concepts de base s’agrégeaient lentement en un tout beaucoup plus complexe…

Dans Magicka, on joue un petit magicien qui combat des ennemis usuels du bestiaire fantasy !

“Fabriquer” ses sorts

En particulier, au coeur du système de combat, il y a la “fabrication” de ses sorts. L’idée c’est que plutôt que d’avoir un livre de sorts tout prêts à lancer instantanément, comme dans d’autres jeux, ici on “empile” des composants basiques pour construire de manière temporaire un rayon, un cône, un projectile, un arc électrique ou un bouclier.

A travers l’aventure, on découvre 8 éléments. Ces éléments peuvent ensuite être assemblés de diverses manières pour créer une diversité assez folle de sorts.

Les 8 éléments de Magicka

Une technique très basique, c’est de répéter le même élément de multiples fois pour augmenter sa puissance. Il s’agit simplement de dupliquer des instances du même item – il semble en effet assez logique que mettre du feu et du feu, ça fait plus de feu, non ?

D’un autre côté, des sorts plus avancés demandent de mélanger différents éléments – par exemple, on peut facilement créer un “projectile de froid” en combinant la terre et le froid.

En faisant ça, on additionne les avantages des deux éléments : la terre cause des dégâts, le froid ralentit l’ennemi – donc un “projectile de froid” va causer du dégât et ralentir les ennemis.

Mais alors : que se passe-t-il si on mélange du feu et de l’eau ? Evidemment, on ne va pas obtenir quelque chose capable à la fois de brûler et détremper l’ennemi – ça n’aurait pas de sens !

(Et oui – il y a quand même un certain degré de logique dans Magicka, malgré tout son style délirant qu’on aime tant 🙂 )

Alors : qu’est-ce que ce combo va donner ? En fait, mélanger le feu et l’eau va créer un tout nouvel élément : la vapeur ! C’est un élément non-atomique, qui doit être fabriqué à partir du feu et de l’eau, et qui est donc le résultat de l’interaction de ces deux éléments. De la même façon, l’eau et le froid créent de la glace.

La vapeur et la glace sont toutes les deux utiles, que ce soit pour stabiliser un sort ou pour le transformer en une rafale mortelle de glaçons.

Autrement dit, en combinant des éléments atomiques qui possèdent chacun des propriétés individuelles, on obtient quelque chose de nouveau avec une structure plus complexe et de nouvelles propriétés. Vu sous cet angle, Magicka est donc un moyen d’introduire le concept d’émergence.

Le concept d’émergence

L’émergence est un concept philosophique qui est aussi souvent discuté en science et en art. On le résume généralement par la phrase bien connue : “le tout est plus que la somme des parties”. En gros, il s’agit du phénomène qui permet à un système de composants atomiques de présenter un niveau supplémentaire de complexité, né des interactions entre ces composants.

L’émergence permet à un système de composants de présenter un niveau supplémentaire de complexité lié aux interactions entre ces composants

Chaque composant reste, en soi, relativement simple, mais le système dans son entièreté “évolue” en quelque chose de plus.

Par exemple, les biologistes qui étudient la vie la considèrent souvent comme une propriété émergente de la chimie, car les différents comportements que l’on observe à l’échelle macroscopique dérivent des interactions et combinaisons de molécules à l’échelle microscopique. Un autre exemple célèbre, c’est la façon dont une nuée d’oiseaux développe un comportement de groupe à partir des réactions de chaque individu. La modélisation de ces essaims d’animaux comme un système d’entités avec des propriétés émergentes a même été à l’origine des foules en images de synthèse, avec les “boïdes” de Craig Reynolds.

Les “boïdes” de Craig Reynolds sont à la base des foules en images de synthèse d’aujourd’hui

Pour aller plus loin…

Bien sûr, Magicka ne prétend pas nous former au concept d’émergence ; mais d’une certaine façon, le jeu entraîne nos cerveaux à rapidement assember des éléments pour créer des formules complexes et il nous montre aussi à quel point on peut obtenir des résultats protéiformes à partir d’une boîte à outils limitée.

Le jeu pourrait même être un cas d’exemple pour discuter de la différence entre l’émergence faible et l’émergence forte. Même si cette distinction fait encore débat, on pourrait voir de l’émergence faible dans les combinaisons simples d’éléments qui additionnent leurs propriétés (comme la terre et le froid), car chaque élément conserve son indépendance ; alors que transformer du feu et de l’eau en vapeur pourrait être un exemple d’émergence forte : on crée une nouvelle entité avec des propriétés émergentes pour remplacer les éléments atomiques.

Conclusion

Alors : et si Magicka, dans tout son ravissant ridicule, était en fait une occasion de découvrir la notion d’émergence ?

Et n’hésitez pas à me dire en commentaire – est-ce que je suis la seule à oublier que, non, les trolls ne brûlent pas… et à me faire écraser bien fort ?

Les trolls sont assez dangereux… mieux vaut courir vite !

En attendant, si vous avez une autre idée de jeux qui nous apprennent quelque chose sans qu’on le sache, partagez-la en commentaire !

Salut à tous, et à bientôt pour un nouvel épisode 🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published.