WGTU #0: Incidental & tangential learning (EN/FR)

Let’s see how video games can teach us through incidental and tangential learning!

This article is also available on Medium.

This article is available either in video format or in text format — see below 🙂

If I tell you:

And now, this video game is going to teach you something, look!

Chances are that you might think I’m talking about yet another awkwardly designed level of an educational game, or perhaps of one of those tutorials from Shadow of Mordor or The Witcher 3, with their big popups telling you which button to press. I mean – although both those games are great, let’s be honest: cutting the action suddenly like this is not very pleasant and quickly breaks the immersion.

The Witcher 3: Wild Hunt (CD Projekt)

Explicit VS implicit learning

Those are situations where you, as a player, are explicitly told that you are going to learn and to essentially become a “student”. While not bad per se, those tutorials are pretty demonstrative in their school-like setting and are often risky business for the game developers, because they can take the fun out of the experience and even bore the players.

Endless Space 2 (Amplitude Studios)

But at the other end of the spectrum, there are these really cool moments where the game just flows and you naturally “get it”. Where you learn without even realising it, simply by having the content show you and expose you to the mechanics in a seamless fashion.

Portal (Valve)

Aren’t those moments great? Aren’t those the times where you feel like you’re some sort of super-player that just uncovered a hidden secret? 🙂

This is an amazing potential that video games have and that is, for now, sadly, still too largely untapped: the ability to benefit from incidental and tangential learning.

Incidental? Tangential?

Incidental learning happens when you stumble upon some concepts or skill sort of by chance, because you were set in a specific context that is suitable for discovering it. It’s when, as a byproduct of some activity, you accidentally get more than what you initially bargained for and develop some new ability from experience.

For example, some researchers are now studying how action-combat games like Call of Duty could help increase reflexes or spatial cognition. And, in a different vibe, Journey has often been praised for developing unexpected and profound relationships between players thanks to its limited communication possibilities that forced us to invent new ways of collaborating.

Journey (Thatgamescompany)

Tangential learning is when you self-educate on a topic after being exposed to it in a nice and comforting context. It can be you diving into Greek and Northern mythology after throwing some Kratos punches, or even those hardcore Kerbal Space Program players that have somehow taken it upon themselves to graduate in astrophysics and ballistic on their own!

Kerbal Space Program (Squad)

Conveying info silently

What those two types of learning have in common is that they often work in part because of how subtle and nonformal they are. They offer discrete enough touches of knowledge for you to accept and enjoy them, without feeling like your being spoon-fed a lengthy masterclass.

Think about it: even focusing solely on the game itself, drowning your player in walls of texts during a boring tutorial is just no good – you want to teach the player through the gameplay, not about it!

And it is the same for info that is not directly linked to your game mechanics: you can use the game as an educational medium that silently conveys knowledge on some topic, or simply opens some part of your audience to its bare existence.

Ever heard of the Boston Tea Party? Or the goddess Nemesis? Or the delicate art of Kabuki theatre?

Assassin’s Creed III (Ubisoft)

Yep – games can bring awareness to topics that would otherwise go unnoticed, or that would be consigned to school books.

Interest & engagement

A quick example: how to enjoy maths and economy!

Ok now, you might be thinking: “great, that’s cool if I want to crunch for my history test, but this in no way helps me in my everyday life!”.

Well, let’s play a little game.

Say I show you this set of math equations, and I ask you: “what’s the value of x?”.

No no – don’t go running around screaming that you hate maths, trust me, this is actually bearable 😉

Keep calm, and just let me wrap this up a little better. First, I’ll replace the x with copper ore; then, I’ll switch the y for copper bar, and the z for copper bracers.

Now, tell me – how many of you have, like me, made this kind of intricate drawing on a piece of paper while levelling up their blacksmithing in World of Warcraft? I remember spending hours meticulously planning my collect route for Runecloth to make a specific piece of armour for my mage, or comparing the prices at the auction house and bidding to try and scrap this last missing component for the recipe…

That is hours of me doing maths and economy stuffy, willingly and even happily!

The importance of engagement

The fact is that, as numerous studies have shown: we learn best when we’re interested. It might sound obvious, but it’s just that simple – if you like what you’re doing, you’ll continue to do it for longer and therefore get more experience doing it.

That’s why video games could be great teachers – their primary goal is already to keep you hooked in and engaged for hours, so what if they could make the best of this playing time and bring up a few nuggets of knowledge here and there?

There are some actual games that are famous for building bridges between the in-game story and the real world.

Civilization V (Firaxis Games)

The well-known Civilopedia from Sid Meiers might be the reason so many of us know that the bluetooth technology that connects our smartphones today was named after a northern king from the tenth century. It’s not that this info was written inside of Civilization 5, it’s just that playing this game exposed us to the name “Harald Bluetooth” and had a fraction of the public google it further.

And even a small fraction of such a huge number of fans boils down to a pretty good amount of learners!

A safe and appealing learning environment

Tangential and incidental learning aren’t about sneakily turning your nice Minecraft adventure into a quiz test on chemical compounds, or your RE 2 chase with the Nemesis into Cartography 1-01. They’re about expanding on the experience games already offer us to get more out of these hours of entertainment than just fun and gradually, although invisibly, have the player make interesting connections in their heads.

Evolving in a sandboxed virtual world prevents failures from being real step backs and provide you with a safe learning environment where you can develop a plethora of skills that you can then re-use in other places thanks to transfer of learning.

Conclusion

So, here you are – that’s the sort of things I’ll discuss in this new series: What Games Teach Us (or WGTU) 😉

This series’s focus will not be on what games teach you about themselves, rather, it will discuss the various skills or more theoretical knowledge we can learn while playing video games but then re-apply in our everyday lives.

With that said, I hope you’ll embark on this journey with me and that you’ll enjoy the ride! 🙂

Cet article est disponible sous format vidéo ou texte – voir ci-dessous 🙂

Quand on entend que :

Ce jeu vidéo va nous apprendre quelque chose !

On pense généralement à ces niveaux étranges de jeux éducatifs, ou peut-être à un de ces tutoriels de Shadow of Mordor ou The Witcher 3, avec leurs grands popups qui nous disent sur quel bouton appuyer. Ces deux jeux sont excellents, mais il faut bien le reconnaître : interrompre l’action comme ça, ça n’est pas très agréable et ça casse l’immersion.

The Witcher 3: Wild Hunt (CD Projekt)

Apprentissage explicite ou implicite

Dans ces situations, en tant que joueur, on est prévenus explicitement qu’il va être temps d’apprendre et, en gros, de devenir un “étudiant”. Ces tutoriels ne sont pas mauvais en eux-mêmes, mais ils sont assez démonstratifs et scolaires ; c’est souvent un pari risqué pour les développeurs parce qu’ils peuvent ternir l’expérience de jeu et même ennuyer les joueurs.

Endless Space 2 (Amplitude Studios)

A l’inverse, d’autres jeux nous proposent des moments incroyables ou le jeu se déroule avec fluidité et nous semble évident. On apprend sans même s’en rendre compte, harmonieusement, juste en étant exposé aux mécaniques du jeu et au contenu.

Portal (Valve)

Est-ce que ces moments ne sont pas superbes ? Est-ce que, à cette occasion, vous n’avez pas l’impression d’être un super joueur qui vient de découvrir un secret bien gardé ?

Les jeux vidéos ont un potentiel incroyable qui est malheureusement encore trop largement ignoré : la possibilité de profiter de l’apprentissage incidentel et de l’apprentissage par immersion.

Incidentel ? Par immersion ?

L’apprentissage incidentel, c’est quand on rencontre un peu par hasard un concept ou une compétence, simplement parce qu’on a été placé dans une situation qui nous a permis de le découvrir. Il s’agit d’un produit dérivé non intentionnel d’une autre activité : on est agréablement surpris de développer une capacité inattendue, et ce par l’expérience.

Par exemple, des chercheurs étudient aujourd’hui l’impact positif que les jeux d’action comme Call of Duty pourraient avoir sur les réflexes et la cognition spatiale. Et, dans un contexte très différent, Journey a souvent été acclamé pour sa propension à créer des relations profondes et inattendues entre les joueurs grâce à son système de communication en jeu limité qui nous a poussé à inventer de nouvelles formes de collaboration.

Journey (Thatgamescompany)

L’apprentissage par immersion, c’est quand on s’éduque seul sur un sujet après y avoir été exposé dans un contexte rassurant. Ça peut être un joueur qui se plonge dans les mythologies grecques et nordiques après avoir donné quelques coups avec Kratos, ou même ces joueurs hardcore de Kerbal Space Program qui ont apparemment décidé de devenir des experts en astrophysique et en balistique en autodidacte !

Kerbal Space Program (Squad)

Transmettre l’info silencieusement

Ces deux types d’apprentissage fonctionnent souvent en partie parce qu’ils s’appliquent de manière subtile et informelle. Dans les deux cas, on offre au joueur des petits éclats de connaissance, assez condensés pour qu’on les accepte et qu’on les apprécie, sans pour autant le vivre comme une masterclass trop longue.

Quand on y pense, même en se limitant purement au jeu lui-même, noyer le joueur avec des murs de texte pendant un tutoriel exténuant n’apporte rien de bon – on veut apprendre au joueur à jouer, pas lui faire lire un carnet de règles !

Et c’est la même chose en ce qui concerne des infos qui ne sont pas directement liées aux mécaniques de jeu : on peut se servir du jeu comme d’un média pédagogique qui propose des connaissances en arrière-plan, ou qui permet simplement à certains de découvrir un sujet.

Ça vous parle, la Boston Tea Party ? Ou la déesse Némésis ? Ou l’art délicat du théâtre Kabuki ? Eh oui – les jeux peuvent mettre en avant des thèmes qui seraient autrement méconnus, ou qui resteraient consignés aux manuels scolaires.

Assassin’s Creed III (Ubisoft)

Intérêt & engagement

Un exemple rapide : comment apprécier les maths et l’économie !

Bon, à ce stade, vous pensez peut-être : “c’est bien si je veux réviser pour mon exam d’histoire, mais ça ne m’aide pas vraiment dans la vraie vie !”.

Et pourtant : voilà un petit exemple intéressant.

Imaginons que je vous montre cet ensemble d’équations et que je vous demande : “combien vaut x ?”.

Non non, pas la peine de courir en criant devant les maths, faites-moi confiance, ce n’est pas si terrible 😉

Laissez-moi juste changer un peu l’emballage…

Déjà, je vais remplacer les x par des minerais de cuivre ; ensuite, je vais remplacer les y par des barres de cuivre, et les z par des bracelets en cuivre.

Et là ? Est-ce que, comme moi, les joueurs parmi vous n’ont pas déjà fait ce genre de schéma sur une feuille de papier quand ils montaient leur niveau de forge dans World of Warcraft ?

Je me souviens avoir passé des heures à planifier méticuleusement mon trajet de collecte d’étoffe runique pour faire une pièce d’armure pour mon mage, ou bien à comparer les prix à l’hôtel des ventes en essayant de récupérer ce dernier composant nécessaire pour la recette.

Ce sont des heures que j’ai passées à pratiquer les maths et l’économie, volontairement et même avec joie !

L’importance de l’engagement

La vérité c’est que, comme beaucoup d’études l’ont montré : on apprend mieux quand on est intéressé. Ça peut sembler évident, mais c’est aussi simple que ça – quand on aime ce qu’on fait, on continue à le faire pendant plus longtemps et on devient donc plus expérimenté dans ce domaine.

Et voilà pourquoi les jeux vidéos pourraient être de formidables outils d’apprentissage : ils cherchent déjà à nous garder accros pendant des heures, alors pourquoi ne pas tirer profit de ce temps d’engagement pour y dissimuler quelques pépites de savoir ici et là ?

Il existe des jeux qui sont connus pour créer des ponts entre leur univers et le monde réel.

Civilization V (Firaxis Games)

La fameuse Civilopédia de Sid Meiers est peut-être une des raisons qui fait qu’autant de gens savent que la technologie du bluetooth qui connectent aujourd’hui nos téléphones a été nommée d’après un roi nordique du 10e siècle. L’info n’était pas écrite telle quelle dans Civilization 5, mais jouer au jeu nous a exposés au nom “Harald Bluetooth” et en a convaincu certains d’aller chercher plus loin.

Et même une infime fraction d’un si grand nombre de fans, ça fait déjà un bon nombre de gens qui ont découvert quelque chose !

Joindre le tranquille à l’agréable

L’apprentissage par immersion et l’apprentissage incidentel ne vont pas malicieusement transformer votre aventure de Minecraft en un quiz de chimie, ou bien votre course-poursuite avec le Némesis de RE 2 en un cours de cartographie. Il s’agit plutôt d’étendre les expériences que les jeux offrent déjà pour que ces heures de fun nous apportent plus que juste de l’amusement, et nous poussent aussi à faire des connexions mentales intéressantes.

Evoluer dans un monde virtuel en bac à sable permet d’éviter que les échecs soient trop pénalisants, et cela nous donne un environnement d’apprentissage sécurisant dans lequel on peut développer toute une galerie de compétences à réutiliser plus tard, ailleurs, grâce au transfert de l’apprentissage.

Conclusion

Voilà ! C’était un aperçu du genre de sujets que j’évoquerai dans cette nouvelle série : What Games Teach Us (WGTU) 😉

Cette série ne se concentrera pas sur ce que les jeux nous enseignent sur leur lore ou leur mécaniques, mais sera plutôt l’occasion de discuter des connaissances et compétences que l’on peut acquérir en jouant à des jeux vidéo, pour ensuite les ré-appliquer dans notre vie quotidienne.

J’espère que vous vous lancerez dans cette aventure avec moi et que ça vous plaira ! 🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published.